Malgré de beaux discours, la majorité sortante n’a rien fait pour donner confiance à la jeunesse handicapée. Cette frange de la population est mal connue et galère, surtout en banlieue, pour trouver sa place dans les transports, dans l’accès aux savoirs et à la culture, tout simplement dans une vie citoyenne. Bien plus qu’un simple sujet de santé, le handicap est souvent, avec le racisme et l’homosexualité, la première confrontation de la jeunesse avec « l’Autre ». Cette confrontation replace le jeune face à la tolérance envers ceux qui sont différents et participe à sa construction de futur citoyen.

A titre d’exemple, la maladie d’Asperger est traitée largement en amont aux États-Unis, au Canada, au Royaume Uni, au Danemark, en Suède et en Australie. Leur stratégie repose à la fois sur le dépistage et le diagnostic précoce, mais également sur la sensibilisation de la population au comportement à adopter face à un « Aspi » en pleine crise. Qui connaît cette maladie en France? Quelle attitude doit-on adopter? On ne sait pas…

On oublie trop souvent que l’accès à la formation commence par l’inclusion scolaire. Or de nombreuses lacunes dans la prise en charge des enfants handicapés sont constatées :

-          Trop peu de CLIS et ULIS présents dans les établissements scolaires ;

-          Trop peu d’enseignants sont formés à l’attitude à tenir face à un enfant handicapé (un minimum d’effort pourrait d’ailleurs consenti pour les encourager à apprendre la langue des signes)

-          Trop peu d’AVS (auxiliaires de vie sociale) suffisamment formés pour permettre l’inclusion sociale et scolaire effective.

-          Les parents d’enfants handicapés doivent souvent faire face à des dépenses très importantes (transports, médicaments, surcoûts de garde et de surveillance, accompagnement à l’école et aux devoirs, etc.) et ne disposent pas suffisamment de moyens (temps comme en argent) pour aussi penser à eux-mêmes.

Propositions HANDI POP’

Convaincus que la solidarité n’est efficace que quand elle est vraiment partagée et volontariste, nous souhaitons faire du handicap le creuset de la cohésion sociale francilienne. Pour cela, nous proposons:

-        S’appuyer sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour mettre en place de nouvelles pratiques pédagogiques pour les élèves handicapés ne pouvant se déplacer pour des raisons de santé (vidéo-conférences, supports de cours en ligne, etc.);

-        Favoriser les interventions des associations dans les lycées pour faire mieux connaître les diverses facettes du handicap et les difficultés rencontrées par les personnes handicapées face aux incivilités : retard mental, troubles du comportement, surdité, mobilité réduite, cécité, etc.

-        S’appuyer sur la réserve civile pour encourager l’entraide entre jeunes valides et jeunes handicapés.

-        Créer un Pass Culture pour les jeunes handicapés de moins de 30 ans.

-        Aider les associations clairement engagées en faveur d’une politique familiale active.

-        Rendre accessibles les lycées, notamment de banlieue.

-        Encourager financièrement les lycéens à passer un brevet de secourisme (apprentissage des premiers gestes de secours) : Cette formation est une excellente manière de confronter les élèves avec leurs futures responsabilités de citoyens et de les sensibiliser aux multiples formes de handicap qu’ils peuvent rencontrer dans leur future vie.

 

HANDIPOP participe depuis 2007 aux débats portant sur la place du handicap dans la  vie politique, tant du point de vue des politiques publiques que des citoyens handicapés. A l’issue de longs débats organisé lors de la réunion de travail du 18 septembre dernier au siège des Républicains, HANDIPOP a préparé ce livret de propositions à l’usage de notre candidate aux élections régionales pour l’Ile-de-France: Valérie PECRESSE.

Après avoir établi un diagnostic sévère mais réaliste du bilan de 17 ans de socialisme aux manettes de la Région Ile-de-France, le présent rapport a formulé quelques propositions.

Les personnes handicapées sont, en effet, les grandes oubliées du « système Huchon ». Il n’est pas une politique publique où ils ne galèrent pour se faire entendre: transports publics, accès aux savoirs et à la culture, formation professionnelle, logement, etc. Le grand paradoxe est que la 1ère Région de France soit incapable d’offrir des perspectives claires, sereines et stables pour ces personnes fragiles qui ne demandent qu’à pouvoir exister.

Ceci est la conséquence directe d’une politique individualiste largement encouragée par la culture « Mai 68 » qui, derrière ses discours égalitaires et humanistes, ne fait rien pour les faibles, les vrais faibles qui n’ont jamais choisi leur sort. On a préféré pendant de nombreuses années développer un discours communautariste destiné à disloquer la société francilienne plutôt que de s’attaquer au vrai problème de la qualité de l’accueil et de la prise en charge des personnes fragiles dans cette région.  Les personnes handicapées, surtout les enfants, sont les premières victimes de cette conception totalement erronée du service public : intégration sociale voire scolaire, mobilité géographique et professionnelle, etc.

Il ne s’agit plus de concevoir la personne handicapée comme un ayant-droit parmi d’autres envers des aides venant de l’Etat ou des collectivités locales, mais de faire de lui un citoyen à part entière. Il faut mettre un terme à cette politique du guichet qui place sans arrêt la personne handicapées en situation d’infériorité et privilégier une approche globale et inclusive qui remet la personne handicapée au coeur de la société. Cela nécessite de bousculer les habitudes, de révolutionner les pratiques et de développer les actions transversales et horizontales citoyens/citoyens voire administrations/administrations, plutôt que les vieilles pratiques verticales administrations/citoyens.

Dans un contexte économique difficile, nous ne pouvons plus nous permettre de nous contenter d’une gestion en tuyau d’orgue où chaque administration traite jalousement de son administré sans savoir ce que fait la voisine. Cette vision est inefficace tant sur le plan financier que sur le plan social car elle divise, « corporatise » et exclut des individus déjà en mal de reconnaissance dans leur société.

Par ailleurs, il s’agit de passer d’une logique curative et interventionniste dans laquelle nous, Français, excellons, à une culture d’anticipation et de préparation de la population face au handicap. Nous l’oublions trop souvent, près de 15% de la population française est handicapée (estimée à 9,6 millions de personnes selon l’AGEFIPH) et de nombreux handicaps peuvent frapper n’importe qui à l’issue d’un accident. Comment devons-nous réagir face à cela? Comment réorganiser sa vie quand tout bascule?

-          Au vu de ce triste bilan, HANDI POP a formulé de nombreuses propositions dont les suivantes :

-         Lancement d’un Plan Ambition Réussite-Handicap (PARH)  destiné à lutter contre le chômage des personnes handicapées grâce au soutien à l’apprentissage;

-         Développement de nouvelles méthodes d’intervention efficaces (approche globale du handicap) et maintien d’une action visible et efficace sur le terrain (appui sur le service civique, sensibilisation des lycées, appels à projet auprès d’associations, etc.) en s’appuyant sur les nouvelles technologies de communication et sur les dernières innovations écologiques;

-         Importance des enjeux de communication auprès de la population mais aussi des décideurs locaux et nationaux (faire connaître le handicap pour apporter des solutions efficaces et pérennes).

Logo Handipop Transparent

LES POLITIQUES DU HANDICAP

février 3, 2012
Par handipop - 0

LES POLITIQUES DU HANDICAP : DES PROGRES CONSIDERABLES, UNE DYNAMIQUE A POURSUIVRE

INTRODUCTION

Le projet de l’UMP pour la France est un projet courageux et ambitieux pour protéger et préparer l’avenir de ses enfants. Il propose d’accompagner le changement d’époque que nous vivons, en consolidant notre modèle de protection sociale par la création de richesses et d’emplois. Il replace l’équilibre des droits et des devoirs au cœur de notre pacte républicain.

Lire la suite

Suivez-nous !

Flickr


By Erik Rasmussen
campus 2011 ump marseilles projet 2012 ump site de ump