Nous sommes exposés à la maltraitance quotidienne, ce risque existe trop souvent au sein des familles et peut se traduire par des actes de désespoir, des actes pouvant s’assimiler à un mal être et conduire parfois à des situations terribles.

La maltraitance n’est pas seulement liée à de mauvais traitements personnels, mais à de nombreux éléments liés à notre situation de handicap qui peuvent s’assimiler avec le temps notamment :

  • Le temps d’attente trop longs pour les formalités liées au handicap,
  • Le manque d’heure d’accompagnement,
  • L’inconfort des locaux d’accueil,
  • L’accès aux soins,
  • La difficulté à exprimer nos besoins élémentaires, nos douleurs,
  • La culpabilisation des parents.

La maltraitance ne concerne pas uniquement la violence et la barbarie sexuelle, elle peut survenir dans un mauvais traitement par ignorance, ou par négligence.

Elle peut aussi trouver son origine dans la souffrance ressentie par l’accompagnant devant la difficulté de l’accompagnement, l’extrême lenteur administrative, une certaine solitude, mais également les risques de maltraitance par renoncement.

J’en appelle à vous, candidats aux primaires, afin que vous puissiez en tenir compte dans vos futurs programmes !

Frédéric Bouscarle

Une pratique des mots est devenue courante, notamment en politique, et nous devons fermement la dénoncer: c’est l’usage abusif et fréquent d’un terme désignant le handicap pour qualifier un adversaire.

L’insulte est culturellement ancrée dans le négatif et lorsque l’on traite d’autiste celui qui refuse d’entendre ou de comprendre un message, par assimilation à un handicap douloureux qui isole la personne qui en est porteuse.

Lorsque l’on traite de « mongol » ou de « gogol » quelqu’un qui présente un comportement particulier, c’est l’ensemble des personnes trisomiques et leurs familles que l’on outrage.

Pourquoi considérer la schizophrénie comme une affection à haut risque quand elle n’intervient que dans 5% des cas et n’arrive qu’en dernière position après les troubles de la personnalité, l’alcoolisme, les troubles de l’humeur, les toxicomanies. La violence est beaucoup plus souvent le fait de la dépression et de l’alcool que la schizophrénie, mais ce n’est pas l’image qui émerge.

La charge émotionnelle et l’amalgame génèrent des réactions de rejet dans la société!

Même si elles sont quelquefois employées de façon familière ou avec humour, les expressions blessantes sont nombreuses: « sourd comme un pot »(de chambre), taper comme un sourd… et pleins d’autres…

Frédéric Bouscarle

Suivez-nous !

Flickr


By Erik Rasmussen
campus 2011 ump marseilles projet 2012 ump site de ump